Véganisme et son lien à l’environnement

Going vegan

Vous pourriez avoir remarqué que le véganisme est très « tendance » sur Internet cette année – tout comme les jeux de casino en ligne , ne pas manger des produits d’animaux devient plus populaire tout le temps. Ce n’est simplement pas une mode. Selon les experts des Nations Unis, passer à une diète végétalienne à base de plantes peut aider au combat en cours contre les changements climatiques.

Un important nouveau rapport sur les changements climatiques et l’utilisation des terres indique que la consommation élevée de viandes et de produits laitiers en Occident mène le réchauffement de la planète. Par contre, il est intéressant de noter que les scientifiques et les politiciens impliqués n’ont pas demandé au monde entier de devenir immédiatement végétarien ou végan.

Plutôt, ils ont remarqué que plus de personnes pourraient être nourris de manière appropriée utilisant moins de terres si ces individus réduisaient leur consommation de produits d’animaux. Le document, signé par 107 scientifiques pour le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies (GIEC) indique que si nous pouvons utiliser les terres plus efficacement, elles peuvent stocker et emprisonner plus de carbone émis par les êtres humains.

La réduction de viandes est tout aussi efficace

Parlant sur ce thème, le professeur Pete Smith de l’Aberdeen University en Angleterre fait remarquer que son équipe ne dit pas aux personnes d’arrêter complètement de manger de la viande. Il a reconnu que les personnes dans certaines parties du monde n’ont pas le choix, mais il a ajouté que c’est évident que l’Occident mange beaucoup trop de viandes pour que son taux de consommation soit durable.

Réchauffement mondial et diète associés
Source: pixabay

Il a aussi ajouté que nous gaspillons beaucoup trop d’aliments. Le Groupe de l’Onu a estimé que les émissions de gaz à effet de serre associées avec le gaspillage alimentaire dans son ensemble constituent jusqu’à 10 % des émissions totales de la planète. Le rapport a demandé qu’une action rapide soit prise pour arrêter les dommages aux terres et la désertification. Ces deux éléments contribuent fortement aux changements climatiques.

Le document a aussi averti que les plans du gouvernement de faire pousser des arbres et de les brûler afin de produire de l’électricité nuirait à la production mondiale d’aliments, sauf si l’ampleur de ces plans était réduite.

La surface des terres de la planète et la façon dont elle est utilisée forment les bases pour la société humaine et notre économie internationale. Cela dit, nous réorganisons les terres de manière importante, libérant des gaz à effet de serre dans l’atmosphère dans un tel processus. Comment nos terres affrontent le changement climatique dû à l’activité humaine est une préoccupation essentielle pour le futur de l’humanité.

Penser à la production d’aliments

Le changement climatique est une menace à notre approvisionnement en nourriture à cause de la hausse des températures, d’événements climatiques extrêmes et de l’augmentation des pluies. Par contre, la production alimentaire contribue aussi au réchauffement mondial. Du côté de l’agriculture, les plantes absorbent le CO2 de l’atmosphère et emprisonnent le carbone dans le sol. Par contre, la déforestation et les pratiques agricoles dangereuses peuvent entraver la capacité des plantes à réaliser un tel processus. Une fois le sol érodé et dégradé, le carbone est retourné dans l’atmosphère sous forme de dioxyde de carbone, compromettant la croissance des plantes.

Manger une diète à base de plantes
Source: pixabay

La sylviculture et l’agriculture générales créent environ 25 % de toutes les émissions de CO2, alors que l’élevage de bétail produit encore plus de gaz de méthane endommageant et fait la promotion de la déforestation pour créer et accroître les pâturages. Les effets environnementaux de la production des viandes est un sujet crucial pour plusieurs végans.

Selon PETA, produire 0,9 kg (2 lb) de viande de bœuf crée plus d’émissions de gaz à effet de serre que de conduire une auto pendant 3 heures, tout en utilisant aussi plus d’énergie que de laisser les lumières de votre maison allumées pour la même période de temps. Plusieurs substituts à la viande sont actuellement en cours de développement, visant à approvisionner l’amour des consommateurs pour un tel goût sans ces impacts environnementaux négatifs.

Que pouvez-vous faire pour aider

Malheureusement, dans certaines parties du monde, la consommation de viande (et spécifiquement de bœuf) est en hausse, malgré les tentatives des gouvernements locaux de faire la promotion de diètes plus traditionnelles. Les auteurs de l’étude de l’ONU encouragent les personnes à arrêter de gaspiller les aliments et à pousser les organisations pour qu’elles utilisent les déchets alimentaires comme nourriture pour les animaux ou, si possible, comme dons à des œuvres de bienfaisance. Ces mesures aident à réduire fortement les émissions de CO2 associées avec la production alimentaire, sans devoir renoncer complètement à manger de la viande.

Cela dit, si vous désirez plonger et devenir végan, les avantages environnementaux sont d’importance. Les experts alimentaires suggèrent prendre quelques suppléments clés : y compris la vitamine B12, la vitamine D3 et le fer, pour vous maintenir en bonne santé, mais à part cela, les douzaines de substituts végans disponibles ont rendu plus facile que jamais l’alternative 100 % à base de plantes. Peu importe vos préférences personnelles, il y a toujours des façons de réduire votre empreinte de carbone et de prendre des choix plus réfléchis qui sont plus écologiques pour la planète.